Comment mettre en avant le travail actif afin qu’il reçoive la reconnaissance qui lui est due

 Le corps humain a été conçu pour être en mouvement. Si ce n’est pas le cas, les choses peuvent prendre un mauvais tournant. En effet, le mode de vie sédentaire des gens représente l’une des plus grandes menaces de la santé au travail aujourd’hui.

Un travailleur européen sur trois souffre de douleurs quotidiennes tels que douleurs dorsales, cervicales ou encore fatigue générale qui sont toutes causées par la position assise prolongée face à l’ordinateur. 60 % déclarent que leur productivité et leur performance ont été affectées, et 32 % ont pris en moyenne deux semaines d’arrêt maladie. Tout cela coûte aux entreprises européennes environ 73 milliards d’euros par an[i].

Les problèmes de santé causés par de mauvaises conditions de travail
Les responsables et services RH ont réellement besoin d’adopter une position plus proactive en ce qui concerne l’incorporation d’activités physiques durant la journée de travail. Qu’il s’agisse de demander aux employés de se lever et de bouger toutes les 20 minutes ou de leur rappeler de se tenir debout minimum deux heures par jour, il est temps de défier certaines normes et d’adopter de nouveaux comportements.

Ainsi, moins d’employés souffriront de problèmes de posture qui causent tant de soucis de santé, le taux d’absentéisme diminuera et la productivité sera dynamisée. Les niveaux d’énergie et de concentration des employés s’amélioreront également. En résumé, le travail actif est totalement justifié d’un point de vue commercial.

Mais comment encourager les employés à suivre ce mouvement ? Effectivement, il est facile de les convaincre par rapport aux bénéfices sur la santé, mais ce n’est pas parce que nous savons que quelque chose est bien que nous allons immédiatement l’adopter. De plus, nous avons besoin de temps pour que de nouvelles habitudes de travail s’installent. La nature humaine est ainsi faite.

Selon des études menées par Fellowes,68 %[ii]  des employés souhaiteraient être plus actifs et incorporer plus de mouvement durant leur journée de travail, mais ils attendent que ce soit leurs employeurs qui prennent l’initiative. 73 %[iii] des employés reconnaissent que les initiatives pour la santé au travail doivent être proactives, préventives et s’inscrire sur le long terme plutôt que des solutions rapides sur le court terme.

La patience et la persévérance sont les clés de la réussite. Une étude menée en 2009 par University College London a établi qu’il faut en moyenne 66 jours pour intégrer une nouvelle habitude et non 21 jours comme on l’aurait cru antérieurement. Promouvoir le nouveau programme actif surtout dans les premières semaines tout en vérifiant et en s’assurant que la motivation initiale ne diminue pas accroît la probabilité de créer une culture d’entreprise plus active.

Cependant, pour s’engager, les cadres supérieurs ont besoin de preuves d’un retour sur l’investissement en ce qui concerne la gestion de l’espace de travail ainsi que sur les bénéfices qu’apportent un environnement de travail plus actif.  En effet, plus d’un quart disent qu’ils ont besoin d’aide pour s’assurer qu’il y aura une véritable amélioration de la productivité et de la qualité avant d’investir.[iv]

Alors démarrez votre nouveau programme actif mais soyez clair avec vos parties prenantes sur les avantages et sur la progression de chaque étape.  Lorsque les membres de la haute direction cherchent des résultats, gérez leurs attentes. Soyez réalistes et clairs au sujet de la durée du programme et souvenez-vous qu’il existe des arguments solides concernant les gains marginaux.

Investissez dans le bien-être pour un meilleur RSISelon Stephen Bowden, ergothérapeute chez Morgan Maxwell, «Des améliorations modestes du bien-être et de la productivité du personnel peuvent générer d’importantes économies financières. Une étude a montré que les économies faites par la suite compensent à hauteur de neuf fois les dépenses liées aux interventions ergonomiques. Cette étude a mesuré les blessures au travail et la rotation du personnel.»[v] Ceci montre bien qu’il est préférable de dépenser de l’argent afin de préserver la santé du personnel plutôt que de subir le coût de leurs maladies.

Pour plus d’informations sur les bénéfices du travail actif dans votre entreprise, téléchargez l’étude pov ici.

 

 

 

[i] Étude Loudhouse 2016, commissionnée par Fellowes
[ii] France : 51 % Allemagne :  68 % ; Espagne : 69 % Pays-Bas : 56 %
[iii] France : 70 % Allemagne : 71 % Espagne : 74 % Pays-Bas : 58 %
[iv] Étude Fellowes Assis-Debout, 2017
[v] Veerle Hermans, France:
« Insister sur le lien avec la RSE : responsabilité sociale des entreprises : nous nous soucions de nos employés, du bien-être de nos travailleurs. Nous sommes conscient que les gens doivent travailler plus longtemps, il est donc important de prévenir les problèmes sur le long terme.
3Ps : personne – planète – profit : nous travaillons sur le bien-être des personnes (ce qui va également avoir un effet sur la productivité puisque nous allons pouvoir conserver les meilleurs employés et leur offrir un espace de travail adapté à leurs besoins afin qu’ils puissent continuer). »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s