En 2017, levons-nous tous en faveur du bien-être psychique

Aujourd’hui, en Europe, on estime à 83 millions le nombre de personnes[1] (soit près d’un tiers de la population adulte) déjà touchées par au moins un trouble de la santé mentale. En réalité, ce chiffre, fourni par l’Organisation Mondiale de la Santé, est certainement en deçà de la vérité et ne prend pas la mesure du problème. Pire encore : six pays européens figurent parmi les 20 pays possédant le plus fort taux de suicide au monde. La santé mentale est un problème vaste, complexe et mortel.

Une étude réalisée en 2014[2] a montré que, parmi tous les pays européens, c’est l’Allemagne qui est à la pointe en matière de gestion des troubles de santé mentale, principalement grâce à son système de santé efficace et à son généreux programme de sécurité sociale qui ont contribué à mieux intégrer dans la société les patients souffrant de ces troubles. Les pays qui font partie des meilleurs de ce classement (dont le Danemark, la Norvège et le Luxembourg) ont modifié le traitement et le suivi des troubles mentaux : les patients ne sont plus hospitalisés mais suivis tout en étant intégrés dans la société.

Évidemment, la santé au travail joue un rôle important dans notre bien-être psychique. En effet, une récente étude Fellowes a démontré que le travail sédentaire constitue la cause sous-jacente de plusieurs pathologies et peut entraîner le désengagement et le mécontentement des salariés.

Malheureusement, les employeurs ne sont pas toujours équipés ou formés pour répondre à ce problème. De plus, les salariés ont du mal à se confier à leurs responsables à propos de leurs problèmes de santé mentale. Ils craignent que leur honnêteté n’entraîne la perte de leur travail, de la discrimination ou des perspectives de carrière moins intéressantes, ce qui complique encore davantage le problème.

Heureusement, des initiatives progressistes, comme celle de l’UE « Je ne me reconnais pas », contribuent à faire tomber ces barrières. Lancée en 2016, l’initiative « Je ne me reconnais pas » a pour but de sensibiliser et d’expliquer la santé mentale aux salariés, de lutter contre la stigmatisation, et de favoriser des cultures d’entreprise basées sur la sécurité et le soutien. Les entreprises peuvent s’inscrire sur notmyselftoday.eu.

Même s’il est essentiel, le lien entre le physique et le mental n’est pas vraiment nouveau. La science sait depuis longtemps que l’activité physique possède de nombreux bienfaits. La plus grande étude dans ce domaine, menée par les universités de Cambridge et d’Essex, montre que la fréquence à laquelle les personnes bougent dans la journée, même si le mouvement en question n’est pas vraiment du sport, est liée à la fois à la santé physique et au bonheur[3]. De plus, l’étude Fellowes démontre que bouger sur son lieu de travail peut améliorer de manière globale la santé des salariés en s’attaquant à tous les problèmes, du mal de dos à la fatigue.

Le message est clair : il est indispensable de rester actif, et selon nos études, la plupart des travailleurs veulent être plus actifs sur leur lieu de travail. Le problème semble être trop important pour être résolu. Mais en réalité, de courtes périodes d’activité peuvent être très efficaces pour combattre les causes et les effets des problèmes de santé mentale. Une chose aussi simple que d’envoyer un document dans une imprimante qui se trouve plus loin que notre imprimante habituelle peut véritablement enclencher le mouvement.

Certaines entreprises progressistes l’ont compris et proposent à leurs salariés de bouger davantage au cours de leur journée de travail. Les salariés peuvent s’asseoir ou être debout à leur poste de travail, grâce à des bureaux ajustables. Les managers ont compris que cela contribue directement à la santé globale des salariés, et que l’entreprise en profite également au passage. De plus, 71% des managers affirment que leur équipe serait plus heureuse en travaillant avec le système Assis/Debout. De même, 81% des cadres supérieurs et 84% des DRH pensent que les solutions Assis/Debout pourraient être bénéfiques y compris pour les personnes souffrant déjà de problèmes de santé. Ils savent que l’ère du changement est arrivée.

Rejoignez le mouvement du bien-être au travail en téléchargeant notre brochure 2017 A Little Movement for Big Success (Le mouvement au service de la réussite).

 

 

[1] http://www.euro.who.int/en/health-topics/noncommunicable-diseases/mental-health/data-and-statistics

[2] http://www.eiumedia.com/index.php/latest-press-releases/item/1515-germany-leads-europe-in-dealing-with-mental-illness

[3] http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0160589

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s